Soulayman, timeless bath towels with pompons

by VB

Soulayman was born at the seaside

An idea born from a journey. An idea that has now more than 20 years. In 1996, I was on vacation in Asilah, near the sea. It was my first time in northern Morocco. I discovered the region and the textile traditions when I was struck by the mendil, that striped red and white or blue and white cloth worn by women working in the fields. I sought its source, its history which is actually in Chefchaouen. And I immersed myself in the world of the mendil, I looked for all the possible variants and the oldest pieces in the flea markets of the region … The idea was gradually forging: transform this cloth into bath linen, Soulayman.

Soulayman est né au bord de la mer

Une idée née d’un voyage. Une idée qui a aujourd’hui plus de 20 ans. En 1996, j’étais en vacances à Asilah, près du large. C’était ma première fois dans le nord du Maroc. Je découvrais la région et les traditions textiles lorsque j’ai été frappée par le mendil, cette étoffe rayée rouge et blanc ou bleu et blanc que portent les femmes travaillant au champs. J’ai cherché sa source, son histoire qui se situe en réalité à Chefchaouen. Je me suis immergée dans l’univers du mendil, j’ai cherché toutes les variantes possibles et les modèles les plus anciens dans les brocantes de la région… L’idée se forgeait peu à peu : transformer cette étoffe en linge de bain, Soulayman.

soulayman linge bain pompons photo 1

Training to make pompons

My timeless bath towel style, I had it produced by a manufacturer who forced me to order 600 terry towels. Would I be able to sell them? The interest was manifested and little by little I wanted to overcome an additional constraint: the fact that the pompons, called « chichiates », occurred only in the north of Morocco. I was obliged to send my towels to Asilah … Little by little, I trained women in Marrakech. One, two, ten and then hundreds.

Former aux pompons

Mon modèle d’éponge intemporel, j’ai fait produire l’éponge chez un fabricant qui m’obligeait à lui commander 600 pièces. Serais-je capable ou non de les vendre ? L’intérêt s’est manifesté et peu à peu, j’ai voulu surmonter une contrainte supplémentaire : le fait que les pompons, nommés chichiates, se produisaient uniquement dans le nord du Maroc. J’étais obligée d’envoyer mes éponges à Asilah… Petit à petit, j’ai donc formé des femmes à Marrakech. Une, deux, dix et puis des centaines.

soulayman know how photo 2

A timeless style

Soulayman bath linen has traveled around the world over these 20 years. It is loved to the point of being copied by major international brands or merchants of the souks in Marrakech. It is still in my V.Barkowski collection. Every year, I bring variations, new colors. The Soulayman linen of yesterday is in line with today … timelessness is essential. I like the idea that this style, initiator of the V.Barkowski brand still exists. It is a classic, a must.

Un modèle intemporel

Le linge de bain Soulayman a fait le tour du monde en 20 ans. Il est aimé au point d’être copié par de grandes enseignes internationales ou des commerçants des souks de Marrakech. Il est toujours dans ma collection V.Barkowski. Chaque année, je lui apporte des variations, de nouvelles couleurs. Le linge Soulayman d’hier s’accorde à celui d’aujourd’hui… l’intemporalité est essentielle. J’aime l’idée que ce modèle initiateur de la marque V.Barkowski existe toujours. C’est un classique, un incontournable.

Photo credits : TANIA PANOVA, FRANCESCA TORRE, NICOLAS TOSI.