Digital detox

by VB

Digital detox Carpe Diem. The motto is millenium.

Yet, who can not be caught up in a too busy, too stimulating, too connected life? I am one of them. So I left for a digital detox. One week. An awareness that has resulted in a different perception of life.

Digital Detox Carpe diem. La devise est millénaire.

Pourtant, qui ne se laisse pas happer par une vie trop chargée, trop stimulante, trop connectée ? Je fais partie de ceux-là. Alors, je suis partie en ‘digital detox’. Une semaine. Une prise de conscience qui a abouti à une perception de vie différente.

digital detox photo 1

A week with yourself… without a phone. No connection to the world but simply living the moment, the place, present people. A kind of regression for some. Impossible for others. Replenishing for myself. Determinant, even. It only took me a few days to realize how much I am slave to my phone.
Une semaine avec soi… sans téléphone. Pas de connexion au monde mais simplement vivre le moment, l’endroit, les personnes présentes. Rétrograde pour certains. Impossible pour d’autres. Ressourçant pour moi. Déterminant, même. Il ne m’a suffi que de quelques jours pour me rendre compte à quel point je suis esclave de mon téléphone.

digital detox photo 2

(Over)connected

Of course, I love the time in which I live. I like the billions of possibilities that internet offers. A real comfort. And then, the social networks and the virtual links that are woven all over the world. This ease of getting in touch with a decorator in New York, a globe trotter photographer or a Japanese craftsman who makes ikats in Cambodia. This multitude of possibilities has something magical.

(Sur)connectée

Bien sûr, j’aime l’époque dans laquelle je vis. J’aime les milliards de possibilités qu’offre internet. Un réel confort. Et puis, les réseaux sociaux et les liens virtuels qui se tissent partout dans le monde. Cette facilité d’entrer en contact avec un décorateur new yorkais, un photographe globe trotteur ou un japonais qui fait des ikats au Cambodge. Cette multitude de possibles a quelque chose de magique.

digital detox photo 3

A click

But when your first gesture in the morning is to reach out to your phone to connect to social networks, to scroll the missed posts during the night, to like and comment … Isn’t our life passing by without us seeing it? A friend of mine, who has a press agency, told me she connects 65 times a day on average. All this puzzles me. Do all these gestures not disturb the real life we live? Are they essential?

Un déclic

Mais lorsque le premier geste du matin consiste à tendre la main vers son téléphone pour se connecter aux réseaux sociaux, pour scanner les posts manqués pendant la nuit, liker et commenter… notre vie ne défile-t-elle pas sans que l’on s’en aperçoive ? Une amie attachée de presse m’avouait se connecter 65 fois par jour en moyenne. Tout cela me rend perplexe. Ces gestes ne viennent-ils pas perturber les moments que nous vivons dans la « vraie vie » ? Mais surtout sont-ils vitaux ?
digital detox photo 4
I already had the answers to these questions before I left for that week in difital detox without connexion but maybe it was the click I needed. I spent the time I won without a phone (or should I say “rediscovered”) to fully enjoy each activity, from reading to farniente through the contemplation of nature or the discovery of that elsewhere.

J’avais déjà certainement les réponses à ces questions avant de partir une semaine en digital detox sans connexion mais peut-être est-ce le déclic qu’il me fallait. J’ai passé le temps gagné sans téléphone (ou devrais-je plutôt dire ‘retrouvé’) à savourer pleinement chaque activité, de la lecture au farniente en passant par la contemplation de la nature ou la découverte de cet ailleurs.

A new habit

To friends who ask me: “Seven days without connexion but how did you do?” I reply that since my return my phone spends the night away from me. I turn it off at 8pm and only turn it on again when I start working. A little time without wave but a big difference for me. A change in attitude that allows me to enjoy and fully live the present moment more.

Une nouvelle habitude

Aux amis qui me demandent : « Sept jours sans connexion mais comment as-tu fait ? ». Je leur réponds que depuis mon retour mon téléphone passe la nuit loin de moi. Je l’éteins à 20h pour ne le rallumer qu’à l’heure où je commence à travailler. Un petit laps de temps sans onde mais une grande différence pour moi. Un changement d’attitude qui me permet de davantage savourer le moment présent.