Mia Zia (2001)

by VB

Fall / Winter 2001   Photos : Francesca Torre
Automne / Hiver 2001

 

Spring / Summer 2001  Photos : Jasmine Van Hevel
Printemps / Eté 2001 

 

Store, Paris   Photos : Francesca Torre
Boutique, Paris

 

Store, Geneva   Photos : Francesca Torre
Boutique, Genève

Press release 2001 :
The first boutique in Sint-Barth, another in Geneva, then Marseille and Paris
Mia Zia by V.Barkowski boutiques have a strong identity. They are teeming with inventions, reinterpret objects from the desert and the African craft industry, they are in the art of time. The clothes come into the arena, change into something sensitive, they are no longer properly folded but stand up straight like mascots which start to dance when the light falls on them. Everything is at hand, if not “in” hand. Locations change continually…
For the opening of the first boutiques, some pieces of furniture (drum poufs, tarpaulin teepees) were created by Quentin Wilbaux, architect and expert from the medina of Marrakesh. The blood red color on the walls, floor and ceiling (painted like houses from the Moroccan Atlas mountains) is found in each boutique. Artists from the “Sahart Foundation” are free to create props (tables, objects) or other pieces of furniture, so giving the sites a feeling of fluidity.

Communication presse 2001 :
Après une première boutique à Saint-Barth, ce fut le tour de Genève, puis Marseille et Paris. 
Les boutiques Mia Zia by V.Barkowski ont une forte identité. Elles regorgent d’inventions, réinterprètent des objets provenant du désert et de l’artisanat africain. Elles sont dans l’art du temps. Les vêtements descendent dans l’arène, deviennent sensibles ; ils ne sont plus correctement pliés mais se tiennent debout comme des mascottes qui se mettent à danser quand la lumière les frappe. Tout est à portée de main, sinon « en main ». La scénographie chez Mia Zia change continuellement.
Pour l’ouverture des premières boutiques, certaines pièces d’ameublement (poufs-tambours, tipis en toile de bâche) ont été conçues par Quentin Wilbaux, architecte et spécialiste de la médina de Marrakech. Dans chaque magasin, les murs, le sol et le plafond sont peints en rouge sang, à la manière des maisons des montagnes de l’Atlas marocain. Les artistes de la Fondation Sahart sont libres de créer des accessoires (tables, objets) ou d’autres meubles, donnant ainsi aux lieux une sensation de fluidité.