Alexander Deineka

by Valérie Barkowski

Alexander Deïneka, son of railwaymen

He was born on the edge of the 20th century, in 1899, in a railworkers family. Even if boxing shows him a good career prospect, Alexander Deïneka turns to art. As a young adult, he supported the Russian revolution by joining the Red Army and went on to study at the Vkhutemas, the Higher Arts and Technology Workshops founded by Lenin in 1920.

Alexandre Deïneka, fils de cheminots

Il est né à la lisière du 20e siècle, en 1899, au sein d’une famille de cheminots. Même si la boxe lui dessine une belle perspective de carrière, c’est vers l’art qu’Alexandre Deïneka se tourne. Jeune adulte, il soutient la révolution russe en s’engageant dans l’Armée rouge et part étudier ensuite aux Vkhoutemas, les Ateliers supérieurs d’art et de technique fondés par Lénine en 1920.

alexander deïneka painter

Propaganda artist

Very quickly, he makes his art an art of engagement. He is a founding member of the groups Ost (Etre) or October and in 1928, he realizes his first great historical revolutionary work: The Defense of Petrograd. He also tries to propaganda posters, makes mosaics, one at the Mayakoyskaya metro station in Moscow. Although he never painted political figures, historical and political subjects animate his paintings before he turns to futurism with representations concerning aviation.

Artiste de propagande

Très rapidement, il fait de son art, un art d’engagement. Il est membre fondateur des groupes Ost (Etre) ou encore Octobre et en 1928, il réalise sa première grande œuvre historique révolutionnaire : La Défense de Petrograd. Il s’essaie aussi aux affiches de propagande, réalise des mosaïques dont l’une à la station de métro Mayakoyskaya à Moscou. Bien qu’il n’ait jamais peint de figures politiques, les sujets historiques et politiques animent ses tableaux avant qu’il ne se tourne vers le futurisme avec des représentations concernant l’aviation.

alexander deïneka painter russia

Socialist realism

The 1930s marked, in Russia, the apogee of socialist realism as the main artistic trend. Realism is then seen as the antithesis of art … The State is the sole sponsor and judge of the works produced. Alexander Deïneka then elaborates the image of the “collective hero”. All are united and equal although everyone is different. The whole represents the strength of the Soviet Union. A concept that pleases because the state sends the painter on a creative mission. He then immerses himself in the world of minors in particular. His compositions are built according to the principle of editing, his people are always moving.

Le réalisme socialiste

Les années 30 marquent, en Russie, l’apogée du réalisme socialiste comme courant artistique principal. Le réalisme est alors vu comme l’antithèse de l’art… L’Etat est l’unique commanditaire et juge des œuvres produites. Alexandre Deïneka élabore alors l’image du « héros collectif ». Tous sont unis et égaux bien que chacun soit différent. L’ensemble représente la force de l’Union soviétique. Un concept qui plait car l’état envoie le peintre en mission de création. Il s’immerge alors dans l’univers des mineurs notamment. Ses compositions sont construites selon le principe du montage, ses personnes sont toujours en mouvement.

A painter who touches

During my years in Russia, I lived in Moscow. Russian painting has interested me and more particularly this ‘Soviet’ period, that which is shunned, ignored and denigrated by the world of Western art and even by Russian criticism in reality. These representations of the Soviet ideal touched me and the work of Alexander Deïneka is the one that marked me the most. His faces, his movements, his representations and his compositions reflect a period. He embodies on his own the dreamed success of a modern Soviet Union.

Un peintre qui touche

Lors de mes années en Russie, je vivais à Moscou. La peinture russe m’a intéressée et plus particulièrement cette période ‘soviétique’, celle qui est boudée, ignorée et dénigrée par le monde de l’art occidental et même par la critique russe en réalité. Ces représentations de l’idéal soviétique m’ont touchée et l’œuvre d’Alexandre Deïneka est celle qui m’a le plus marquée. Ses visages, ses mouvements, ses représentations et ses compositions reflètent une période. Il incarne à lui seul, le succès rêvé d’une Union soviétique moderne.


alexander deïneka Soviet Union painter
alexander deïneka painter soviet